Le Réalisme

199,00 €
En stock
SKU
REAL
Télécharger la brochure

Disponible début avril 2024

  • Un ouvrage de reférence qui met en lumière la portée sociale et politique de ce mouvement contestataire
  • Un art consacre aux personnes et aux sujets « ordinaires »
  • Un essai de dimension internationale (Allemagne, Angleterre, Belgique, Russie et États-Unis)

 

Le livre

Loin de se limiter à la description du réel, les artistes réalistes ont eu à cœur de l'interpréter, afin d'offrir au public de nouvelles clés de lecture du monde. Si ce mouvement, né dans les années 1830- 1840, avant de prendre son essor sous la Revolution de 1848, paraît aujourd'hui bien sage, Courbet et d'autres peintres - Honore Daumier, Jean-François Millet, Rosa Bonheur ... - le pensèrent comme une opération de transgression ostensible et scandaleuse. C'est au début du XXe siècle qu'apparaissent, marquées notamment par la découverte de l'art espagnol, les premières peintures réalistes dépeignant les habitants des provinces françaises (Bretagne, Vendée, Pyrénées, etc.) dont certains peintres s'attachent à représenter tant les costumes que les coutumes. Admire ou critique pour sa capacité à montrer sans détour et parfois avec brutalité le monde qui nous entoure, cet art éminemment social et politique s'intéresse en effet aux sujets « ordinaires » (paysans, blanchisseuses, etc.). Face à une société en pleine industrialisation et confrontée a un exode rural important, la vie domestique, le monde paysan, les pratiques religieuses et communautaires proposaient ainsi des sujets rassurants empreints d'harmonie et de calme. A contrario, à la fin du siècle, la peinture réaliste mettra en lumière la modernisation industrielle de l'Europe et les conflits sociaux et politiques lies au droit des travailleurs.

Loin de se cantonner à la France, Bertrand Tillier s'attelle également à démontrer le rayonnement de ce mouvement a l'échelle internationale dans les années 1860-1870, que ce soit en Angleterre, en Allemagne (Hans Thomas, Adolph von Menzel, Wilhelm Leibl, etc.) ou encore en URSS (Ilya Repine) et aux Etats- Unis (Thomas Elkins ou Winslow Homer). Rédige par l'un des spécialistes les plus éminents de l'art du XXe siècle et comprenant par moins de 330 illustrations, l'ouvrage propose une analyse captivante sur cette esthétique subversive qu'est le réalisme.

L'auteur

Bertrand Tillier est professeur d'histoire contemporaine à l'Université Paris | Pantheon-Sorbonne. Il est également directeur des Editions de la Sorbonne et co-directeur du Centre d'histoire du XIXe siècle. Ses travaux interrogent plus précisément les rapports entre les arts et la politique aux XIXe et XXe siècles, dans la perspective d'une histoire culturelle et sociale des imaginaires et des sensibilités. Il est l'auteur de nombreuses publications, dont L'Art du XIXe siècle (Citadelles & Mazenod, 2016), La correspondance de Courbet - 20 ans après (Les Presses du Réel, 2018) et Dérégler l'art moderne. De la caricature au caricatural (Hazan, 2021).

Sommaire

Introduction - Le réalisme en son histoire

I. Les conditions du réalisme

II. Le réalisme avant l'heure

III. Un mot terrible a l'aurore de 1848

IV. Le scandale de la transgression des genres

V. L'école du laid

VI. « Un réalisme, sans exagération »

VII. Courbet et orbi

VIII. Du réalisme au naturalisme : les mondes sociaux

Épilogue

Format

Un livre de 400 pages

300 illustrations couleur

Relié en toile et coffret illustré 

32.5 x 27.5 cm

Plus d’information
ISBN 9782386110030
Nombre de pages 392
Volume(s) 1
Hauteur (en cm) 27,5 cm
Largeur (en cm) 32,5 cm
Année de publication 2024
Format Imprimé
Nous avons trouvé d’autres produits qui pourraient vous intéresser !
© 2023 Encyclopædia Universalis France. Tous droits réservés.