Le Bouquet dans la peinture

65,00 €
En stock
SKU
BOUQ
Télécharger la brochure

- Un propos chronologique qui détaille les moments forts et rassemble les grands chefs-d’œuvre du genre ainsi que des techniques variées : enluminures gothiques, natures mortes baroques, portraits classiques et néoclassiques, œuvres graphiques, photographies, installations, céramiques et faïences...

- La première histoire générale de la figure du vase de fleurs dans l'art et de son corollaire, le bouquet

- Plus de 150 artistes, de Giotto à Hockney

LE LIVRE

Si de nos jours, rien n'est plus banal que des fleurs dans un vase, cet usage est longtemps resté méconnu en Occident.

Si les premiers objets spécifiquement conçus et fabriqués pour contenir un bouquet datent de la fin du XVIe siècle, l'image du vase rempli de fleurs coupées est bien plus ancienne. Elle est inventée au XIIIe siècle, dans un contexte sacré, pour représenter l'irreprésentable : l'incarnation du fils de Dieu dans le corps d'une jeune fille vierge. La puissance conceptuelle et symbolique de ce « contenant fleuri » va permettre sa reprise dans la sphère profane, dans le portrait et la nature morte en particulier, sa signification s'adaptant sans perdre la valeur originelle de son contenu théologique.

Par un hasard qui n'en est peut-être pas un, c'est au moment où l'usage de mettre des fleurs coupées dans un vase commence à être mieux documente, c'est-à-dire au siècle des Lumières alors que le sentiment religieux régresse, qu'un peintre comme Chardin entreprend de peindre un bouquet tel qu'il le voit et non plus avec les « yeux de l'esprit ». Mais il faudra attendre l'époque des impressionnistes et du développement de l'horticulture, pour que les artistes commencent à reproduire sur la toile le bouquet « réel », place devant leur chevalet.

Repris sans discontinuité depuis le XVIIe siècle et jusqu'en ce troisième millénaire, le motif révèle la puissance d'un attrait que ne peut justifier la traditionnelle et moraliste interprétation de symbole de vanité et du caractère éphémère de l'existence. Inventée pour figurer le mystère d'une gestation, l'image du vase de fleurs est devenue la métaphore d'une créativité intérieure, féconde et vivante.

 

SOMMAIRE

I. Ceci n'est pas un bouquet

II. Histoire d'un objet sans histoire

III. La conception du vase de fleurs

IV. Le peintre et la fleuriste, regards sensibles

V. Le Bouquet démonte

VI. Efflorescence

 

L’AUTEUR

Historienne de l'art, docteur de l'Ecole des hautes études en sciences sociales et diplômée de l'Ecole du Louvre, Joséphine Le Foll est spécialiste de la peinture et de l'iconographie de la Renaissance italienne. Apres avoir été rédactrice en chef adjointe de Beaux-Arts Magazine, elle se consacre à l’édition. Elle a publié plusieurs ouvrages et articles sur la peinture de la période moderne : L'Impressionnisme (2020), C'est le bouquet ! Quand les fleurs inspirent la céramique (2017), Raphael, sa vie, son œuvre, son temps (2012), L'Atelier de Mantegna (2008), Suzanne et les vieillards (2002), Le Christ et la femme adultère (2001), La Peinture de fleurs (1997).

Plus d’information
ISBN 9782850889363
Nombre de pages 208
Volume(s) 1
Hauteur (en cm) 30
Largeur (en cm) 23
Année de publication 2023
Format Imprimé
Nous avons trouvé d’autres produits qui pourraient vous intéresser !
© 2023 Encyclopædia Universalis France. Tous droits réservés.